Risque de blessure élevé

Une conduite anticipative permet de sauver des vies

Accident de moto avec voiture

Depuis plusieurs années, le nombre de conducteurs de moto tués dans l'ensemble de l'UE stagne à un niveau relativement élevé. Près de 15 % des accidents de la route mortels touchent des conducteurs de moto. En chiffres, cela se traduirait pour 2016 : sur 25 500 morts sur la route, plus de 3 800 personnes sont décédées sur une moto. Ainsi, au sein de l’Union européenne, si on prend comme référence le risque rapporté aux kilomètres parcourus de subir un accident de la circulation mortel, celui-ci est 18 fois plus élevé pour un conducteur de moto que pour les autres usagers de la route.

DEKRA a récemment démontré les conséquences graves que peut avoir une collision avec une voiture, partie adverse la plus courante, à à travers un essai de collision dans le centre de sécurité routière de Bielefeld. Lors du 2e Safety Day de DEKRA, le test simulait une collision latérale entre un conducteur de moto roulant à près de 50 km/h et un cabriolet. La moto a heurté le milieu de la porte du passager, le mannequin a ensuite été projeté dans le véhicule, a d'abord touché la tête du passager avec son casque avant d'atterrir sur le conducteur. Les conséquences d'une telle collision seraient dramatiques. « Dans la réalité, si les victimes de cet accident survivent à un tel scénario, c’est avec des blessures graves ou très graves », explique Jens König, responsable de l’analyse des causes d'accidents et de l’accidentologie auprès de la société DEKRA Automobil GmbH.

D'après l'accidentologue, les automobilistes et conducteurs de moto peuvent cependant éviter de tels accidents graves, « par exemple si les conducteurs de moto anticipent sur la route et réduisent leur vitesse, en particulier avant les zones d'intersection. » Les automobilistes devraient également faire attention dans les zones d'intersection. En particulier compte tenu de la difficulté d'évaluer la vitesse réelle d'un conducteur de moto à l'approche.

« Dans la mesure où le conducteur de moto reconnaît à temps la nécessité d’un freinage à fond, un système de freinage antiblocage (ABS) contribue à éviter un accident ou à en réduire les risques », a ajouté Jens König. Une telle efficacité s'explique par le fait que ces systèmes évitent un blocage des roues, et donc une chute due au freinage. Le système permet au conducteur d'exercer sans hésitations et de toutes ses forces la pression de freinage maximale sans pour autant perdre la stabilité du véhicule. En cas de freinage à fond ou de retard important de la réponse sur une surface glissante, ce blocage permet en particulier aux deux-roues de s'immobiliser de façon nettement plus sûre et d'être mieux contrôlables dans les domaines limites de la physique du roulage.