Votre navigateur est obsolète.

Internet Explorer n’est plus pris en charge. Veuillez changer de navigateur pour une meilleure qualité du site Web.

Accidents de la route

nov. 2016

Nouvelles & Campagnes

La ceinture reste l’atout sécurité numéro 1

Le chiffre laisse songeur : plus d’un cinquième (21,2 pour cent) des automobilistes et passagers tués sur les routes allemandes en 2015 n’étaient pas attachés. C’est ce qu’a révélé une enquête menée dans dix états fédéraux par le Conseil allemand de la sécurité routière (DVR) en avril 2016 et dont les résultats ont été publiés en novembre 2016. Aucune donnée pertinente n’a pu être collectée pour les six états fédéraux allemands restants.

En 2015, 1 620 automobilistes et passagers ont perdu la vie sur les routes allemandes d’après les chiffres fournis par l’Office statistique allemand. Si l’on en croit l’enquête mentionnée précédemment, 340 d’entre eux n’étaient donc pas attachés. Étant donné qu’il est parfois difficile de savoir avec certitude si la victime était attachée, le DVR estime que ce chiffre pourrait être encore plus élevé. En ce qui concerne les véhicules utilitaires, le pourcentage de personnes non attachées lors d’un accident mortel était de 14,5 selon l’enquête. Sur les 146 personnes ayant perdu la vie à bord d’un véhicule utilitaire, 21 n’étaient donc pas attachées.

Dans d’autres pays de l’UE, les chiffres ne sont guère plus reluisants : en France par exemple, l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière rapporte que 21 pour cent des personnes tuées sur les routes en 2015 n’étaient pas attachées. Et en ce qui concerne les véhicules utilitaires, 38 pour cent des victimes n’étaient pas attachées.

Selon Clemens Klinke, membre du directoire de DEKRA SE, responsable de la Business Unit Automotive et Vice-Président du DVR, il ne faut pas se laisser aveugler par tous les nouveaux équipements de sécurité et d’aide à la conduite : « Attacher sa ceinture de sécurité reste le moyen le plus sûr d’éviter de graves blessures en cas d’accident. » Il précise que cela ne vaut pas seulement sur les routes de campagne et les autoroutes mais aussi pour la circulation en ville.

De nombreux automobilistes commettent cependant cette erreur imprudente : dans les villes et à vitesse réduite, ils ne prennent souvent pas la peine d’attacher leur ceinture de sécurité, se figurant qu’en cas d’accident, ils pourront se retenir avec les mains ou se fier à l’airbag. Il s’agit pourtant d’une erreur de jugement fatale, comme le prouvent entre autres les crash-tests réalisés régulièrement par la DEKRA. « À seulement 14 kilomètres à l’heure, une collision avec un obstacle fixe génère des forces correspondant à huit fois le poids du corps », explique Clemens Klinke. Une information qui donne à réfléchir, car ce sont des forces que le corps humain ne peut pas absorber. Il n’y a donc qu’une seule recommandation qui vaille : la ceinture est l’atout sécurité numéro 1 et doit être portée à tout moment, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière du véhicule.

Partager la page