Attention à l’aquaplanage !

oct. 2018

Un risque de ski nautique dès 80 km/h !

L’expérience le montre régulièrement : quelques millimètres d’eau suffisent à faire de la chaussée un périlleux toboggan. Et même les pneus les plus modernes ne peuvent totalement exclure le risque d’aquaplanage. « On ne peut rien contre les lois de la physique », rappelle Christian Koch, expert en pneumatiques chez DEKRA. Dès que le niveau d’eau sur la chaussée atteint quelques millimètres, une sorte de coussin d’eau peut se former sous les roues avant lorsque que le véhicule roule à une vitesse élevée, ce qui rend la direction inefficace.

« La propension d’un pneu à l’aquaplanage dépend fortement de la vitesse du véhicule, de la profondeur des sculptures et du niveau d’eau », explique M. Koch. Si le véhicule est chaussé de pneus usagés avec des sculptures d’une profondeur de plus de 3 millimètres, l’expert est formel : « Vous risquez le ski nautique à partir de 80 km/h ». Mais lorsque les sculptures ne dépassent pas la profondeur minimum légale de 1,6 millimètre, le risque d’aquaplanage est présent dès 65 à 70 km/h. C’est pourquoi DEKRA recommande de ne pas attendre que les pneus aient atteint le minimum légal de 1,6 mm pour les changer, qu’il s’agisse de pneus hiver ou de pneus été. Il convient de les remplacer dès que les sculptures atteignent 3 mm. « En suivant cette recommandation, le conducteur sera plus en sécurité sur chaussée mouillée.

Une vitesse excessive reste la cause n° 1 de l’aquaplanage et des accidents qui en découlent. C’est pourquoi il est impératif de lever le pied lorsque la chaussée est intégralement recouverte d’eau et de ne pas attendre que l’aquaplanage survienne. Il faut absolument respecter les limitations de vitesse applicables par temps de pluie. Plus le niveau d’eau est élevé, plus les pneus perdront rapidement l’adhérence. Certains endroits sont particulièrement dangereux, comme par exemple les ornières ou autres creux dans lesquels l’eau s’accumule. Par ailleurs, des pneus sous-gonflés ou larges et des amortisseurs usés favorisent l’aquaplanage.

Que faire si votre véhicule part en aquaplanage ? « Il faut ralentir l’allure en relâchant rapidement mais pas trop brusquement la pédale d’accélérateur, enfoncer la pédale d’embrayage et tenir le volant bien droit », recommande M. Koch. Important : dans cette situation, il faut absolument éviter de tourner le volant, car le véhicule risque alors de déraper lorsque les pneus retrouvent le contact avec la chaussée.

Partager la page