Aucune chance de survie

déc. 2016

Nouvelles & Campagnes

Les conséquences désastreuses des accidents en cas de percussion contre un arbre

Celui qui voit ces images souhaite ne jamais être obligé de vivre une telle situation dans la réalité du trafic routier : dans le centre de test de collision de DEKRA à Neumünster, une Peugeot 406 break est accélérée à 98 km/h à l’aide d’un câble, puis projetée latéralement contre un poteau. Le véhicule se déchire littéralement en plusieurs parties, lesquelles sont projetées dans les airs. À l’intérieur du véhicule, rien ne reste à sa place. Lors de la collision, l’arbre artificiel s’enfonce sur toute la largeur du véhicule dans la carrosserie, démolissant ainsi la Peugeot qui devient pratiquement méconnaissable. Certes, les airbags latéraux se déploient, mais ils n’auraient, selon DEKRA, pas pu offrir une protection suffisante. Exprimé de manière drastique : aucun des passagers n’aurait survécu à un tel scénario.

« Avec notre essai, nous avons voulu démontrer l’intensité de la force qui est exercée par le choc lorsqu’un véhicule percute un arbre et qu’en fonction de la vitesse du véhicule, ses occupants n’ont, dans les faits, aucune chance de survie », explique Jens König, responsable de l’analyse des causes d'un accident et de l’accidentologie chez DEKRA Automobil GmbH. Jens König rappelle également que « le risque pour les passagers d’être tués lorsque le véhicule percute un arbre est deux fois plus élevé qu’il ne l’est dans le cas d’autres obstacles ». L’explication est que dans le cas d’une collision avec un arbre, la totalité de l’énergie d’impact est concentrée sur une petite surface du véhicule. Si le véhicule percute l’arbre latéralement ou par le toit, l’habitacle passagers est tellement déformé que les chances de survie des occupants du véhicule sont pratiquement réduites à néant.

Avec son test de collision, accompagné de discours liminaires des accidentologues DEKRA Markus Egelhaaf, Alexander Berg et Luigi Ancona, DEKRA a démontré ce que les statistiques portant sur les accidents de la circulation attestent malheureusement avec une triste régularité chaque année : les percussions contre les arbres sur le bord de la chaussée se caractérisent par un degré de gravité élevé des accidents. D’après les chiffres fournis par l’Office statistique allemand, 603 personnes ont perdu la vie en 2015 après avoir percuté un arbre dans un accident de la route en Allemagne, soit environ 17,4 % des 3 459 usagers tués sur la route. Les routes départementales présentent le plus de risques : en Allemagne, 517 personnes ont perdu la vie en 2015 sur ces routes en percutant un arbre, soit près de 26 % de l’ensemble des usagers tués sur les routes départementales. À titre de comparaison : en France, 2 175 personnes ont été tuées dans des accidents de la circulation en 2015, dont 316 après avoir percuté un arbre, soit près de 15 %. En Italie, l’ampleur du problème semble être moins prononcé : 1 495 personnes ont perdu la vie sur des routes départementales en 2015, dont 127 après avoir percuté un arbre, soit près de 9 %.

L’adoption de mesures dans le domaine des infrastructures présente notamment, du point de vue actuel, un potentiel élevé de réduction du nombre et des conséquences des accidents liés à une collision contre un arbre se trouvant sur le bord de la chaussée. Ainsi, des glissières de sécurité offrent surtout une sécurité si elles sont placées, dans la mesure du possible, à une distance adéquate par rapport à l’arbre. Dans ce cas précis, la glissière de sécurité peut se déformer et absorber une partie de l’énergie dégagée. Des formes de construction adaptées peuvent également protéger efficacement les deux-roues. Par ailleurs, un aménagement de l'espace routier comportant des arbustes et des broussailles constitue une option judicieuse en termes de sécurité. En effet, les véhicules sont ainsi retenus de manière relativement douce et sur une grande surface. Par ailleurs, la sécurité peut être augmentée sur les tronçons accidentogènes par des limitations de vitesse et des interdictions de dépassement. Des contrôles renforcent le respect de ces règles.

Partager la page