Conduite automatisée: Les allemands nettement plus sceptiques que les autres automobilistes

avr. 2016

Technologie Automobile

Il est intéressant de noter que les conducteurs de plusieurs pays sont en partie plutôt sceptiques quant aux systèmes d’aide à la conduite et aux différents niveaux de conduite automatisée. À titre d’exemple, une enquête Forsa réalisée à l’échelle internationale pour le compte de DEKRA vient également corroborer ce propos. D’après cette dernière, seulement 8 % des personnes interrogées en Allemagne pensent que les voitures entièrement autonomes parviendront à s’imposer dans les dix prochaines années. À ce sujet, 32?% prévoient qu’un tel processus prendra encore plus de vingt ans pendant que 31?% sont même d’avis que ce type de véhicule ne réussira pas du tout à s’imposer. La notion d’autonomie complète se réfère ici au niveau d’automatisation 5 du classement effctué par la Fédération de l’industrie automobile allemande (VDA) selon lequel le véhicule se déplace sans conducteur et les personnes se trouvant à l’intérieur ne sont donc plus que des passagers. Dans les autres pays (France, Nouvelle-Zélande et États-Unis), une part nettement supérieure des personnes interrogées (respectivement 21?%, 23?% et 33?%) tablent sur une marche triomphale des voitures autonomes à l’horizon 2025.

Ces quatre pays présentent également une large majorité de personnes qui partent du principe qu’une automatisation croissante des voitures de tourisme constitue en règle générale un gain de sécurité. En Allemagne, c’est même près de la moitié des personnes interrogées (49?%) qui pensent qu’un tel processus représente un accroissement important de la sécurité. À l’inverse, seule une faible minorité de personnes (de 5 à 9?%) estiment dans chaque pays que l’automatisation n’améliore absolument pas le niveau de sécurité.

Par ailleurs, les conducteurs interrogés dans chacun des pays attendent que le détecteur d’angle mort leur procure un maximum de sécurité supplémentaire. Ce système a été le plus fréquemment cité parmi les trois dispositifs qui présentent une pertinence maximale en matière de sécurité, et ce, à une hauteur comprise entre 57?% et 65?% selon le pays où les personnes ont été interrogées. À ce propos, ces chiffres révèlent des différences notables entre les différents pays. À titre d’exemple, l’alerte de franchissement de ligne est considérée comme très importante en termes de sécurité par respectivement 41? % et 39?% des personnes interrogées aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, alors que ce système joue un rôle moins important en France (29?%) et en Allemagne (24?%). Les Européens, quant à eux, accordent une importance supérieure notamment à l’aide au freinage d’urgence anticipé (54?% en Allemagne et 47?% en France). D’après les résultats de l’enquête réalisée, les systèmes d’aide à la conduite et les niveaux supérieurs de conduite automatisée ont reçu un accueil général positif dans les quatre pays (?gure 37). Seule une minorité de conducteurs (entre 3?% et 6?%) souhaite, d’une manière générale, ne pas disposer d’une assistance électronique dans sa voiture.

Toutefois, il est nécessaire d’apporter la précision suivante?: les systèmes de sécurité modernes sont loin d’être aussi répandus que ne le laissent parfois supposer certaines personnes, et ce, même dans les voitures neuves. En effet, ce constat est démontré par une étude actuelle réalisée par le cabinet de conseil McKinsey & Company qui a interrogé à cette fin plus de 5?500 acheteurs de voitures dans le monde entier, dont plus d’un millier en Allemagne. D’après ces recherches, les systèmes d’assistance adaptative aux feux de route constituent le système d’aide moderne le plus courant sachant qu’ils sont intégrés à 23?% des véhicules neufs. Les fonctions, telles que le détecteur d’angle mort ou la reconnaissance des panneaux de signalisation, sont en revanche disponibles dans près d’une voiture sur dix seulement. Certes, 72?% des conducteurs de voitures allemands connaissent les systèmes d’aide à la conduite majeurs. Cependant seul un conducteur sur quatre les a testés lors d’un trajet d’essai. Toutefois, les clients qui conduisent un véhicule équipé de fonctions d’aide à la conduite sont très satisfaits de ces derniers. Ainsi, neuf conducteurs interrogés sur dix ont indiqué qu’ils commanderaient à nouveau de telles fonctions lors de leur prochain achat d’une voiture. Ces chiffres viennent corroborer la nécessité de faire davantage pénétrer dans la conscience publique les avantages liés à ces systèmes en termes de sécurité et de confort, d’autant plus que ces technologies sont en mesure de préparer la voie au véhicule partiellement, hautement et entièrement automatisé et de contribuer à éviter les accidents dus à des erreurs de conduite.

Partager la page