Les pneumatiques : un sujet à ne pas négliger

juin 2018

Technologie Automobile

Un aspect important de la sécurité routière de véhicules utilitaires est le choix et l’entretien régulier des pneumatiques. L’éclatement d’un pneumatique, notamment sur l’essieu avant de tracteurs de semi-remorques et de camions, peut entraîner une instabilité soudaine dont résultent des dérapages et des accidents extrêmement graves. Les usagers qui suivent le véhicule peuvent également être mis en danger par des morceaux de pneumatique qui se détachent et des résidus de pneumatique sur la chaussée. Une pression de gonflage correcte est la condition de base pour la fonctionnalité du pneumatique.

Depuis des dizaines d’années, l’analyse statistique de dommages sur des pneumatiques de véhicules utilitaires réalisée par DEKRA montre qu’une grande partie des défaillances de pneumatiques peut être attribuée à des déficits de maintenance, donc des pneumatiques sous-gonflés ou utilisés en surcharge. Même lorsque l’origine de la panne n’est pas clairement identifiable, une grande partie des problèmes reste liée à un gonflage négligé. « Pas clairement identifiable » signifie ici que, dans ces cas, plusieurs facteurs d’influence qui ont causé une crevaison se superposent. Mais des dégradations précédentes du pneumatique au niveau de la bande de roulement qui ne causent pas une perte de pression immédiate constituent également un problème : de l’humidité pénètre jusqu’à la ceinture d’acier par le canal formé au niveau de la dégradation, ce qui provoque de la corrosion et réduit l’adhérence entre les cordes en acier et le caoutchouc.

Cela peut provoquer le détachement soudain du protecteur de la base du pneumatique avec des parties de la ceinture ainsi que l’éclatement du pneumatique. C’est pourquoi le conducteur et le personnel de garage sont tenus non seulement de contrôler régulièrement la pression de tous les pneumatiques et éventuellement de l’adapter, mais encore de vérifier si les pneumatiques ne sont pas endommagés. L’utilisation de systèmes de contrôle automatique de la pression des pneumatiques (TPMS) permet de détecter à temps notamment une perte de pression lente. Lors du choix des pneumatiques pour les véhicules, il convient de tenir compte des tâches de transport. Certes, des pneumatiques « taille basse » offrent l’avantage de permettre le transport d’un volume plus important, mais ces dimensions ont des inconvénients relatifs à la capacité de charge. Avec des pneumatiques 385/65 R 22,5 SZM, par exemple, l’essieu avant d’un véhicule peut porter 3,3 tonnes, c’est-à-dire près de 50 % de plus qu’avec des pneumatiques 295/60 R 22,5. Un essieu moteur équipé de pneumatiques « taille basse » 315/45 R 22,5 (en pneus jumelés) peut porter 11,6 tonnes, donc nettement moins que s’il est équipé de pneumatiques 315/70 R 22,5 qui portent jusqu’à 13,4 tonnes. Et une remorque à trois essieux portera environ trois tonnes de moins si elle est équipée de pneumatiques 445/45 R 19,5 comparativement à la même remorque équipée en 385/65 R 22,5. Si les pneumatiques sélectionnés ou la configuration du véhicule ne sont pas corrects, des dommages correspondants peuvent donc se produire même si la pression est correcte. Le montage de pneumatiques « taille basse » peut constituer un autre défi, en particulier en liaison avec TPMS. Il est indispensable de faire appel à du personnel dûment formé pour garantir un montage professionnel évitant tout dommage. C’est pourquoi les associations professionnelles BRV (Bundesverband Reifenhandel und Vulkaniseurhandwerk, Association du Commerce et de vulcanisation de pneus) et wdk (Wirtschaftsverband der deutschen Kautschukindustrie, Groupement économique de l’industrie allemande du caoutchouc) ont publié une notice de montage correspondante en collaboration avec DEKRA.

Partager la page