Votre navigateur est obsolète.

Internet Explorer n’est plus pris en charge. Veuillez changer de navigateur pour une meilleure qualité du site Web.

Améliorer la sécurité routière grâce à la collaboration

févr. 2020

Nouvelles & Campagnes

Road Safety Exchange

La nouvelle initiative lancée par l'Union européenne pour améliorer la sécurité routière est baptisée « Road Safety Exchange ». Son objectif est de permettre à douze pays de l'Union européenne d'échanger leurs connaissances et de partager leurs savoir-faire en la matière. Car même si les routes européennes comptent parmi les plus sûres au monde et que de grands progrès ont été accomplis au cours des dernières décennies, le nombre de tués et de blessés graves sur les routes européennes reste encore trop élevé. En 2018, 25 000 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route, un chiffre en baisse de 21 % par rapport à 2010, mais de seulement 1 % par rapport à 2017.

Tous les États membres de l'Union européenne n'étant pas au même niveau en matière de sécurité routière, cette initiative d'une durée de trois ans servira avant tout à l'échange d'expériences entre des experts de la circulation originaires d'Autriche, de Bulgarie, d'Espagne, de France, de Grèce, d'Irlande, de Lituanie, des Pays-Bas, de Pologne, du Portugal, de Roumanie et de Suède. Le projet est placé sous la responsabilité du Conseil européen pour la sécurité des transports (ETSC), qui collabore depuis des années avec des experts de la question dans toute l'Union européenne.

Antonio Avenoso, directeur de l'ETSC, a déclaré à propos de cette initiative : « Comment mettre en œuvre la sécurité routière ? C'est la question dont les experts débattront pour ensuite appliquer les modèles de réussite dans leurs pays respectifs. Nous nous réjouissons d'avoir pu réunir un aussi grand nombre de pays et sommes impatients de voir les résultats concrets de cette initiative ». Les experts des douze pays participants entendent notamment regrouper leurs connaissances sur des thèmes tels que les limitations de vitesse, la sécurité des infrastructures, les manières de parvenir à une application plus stricte des règles du code de la route, la collecte de données ainsi que la sécurité des piétons et des cyclistes dans les villes.

Violeta Bulc, commissaire européenne aux transports, en est convaincue : « Ce n'est qu'ensemble, en concluant des partenariats et en échangeant nos expériences, que nous parviendrons à réaliser la Vision Zero, à savoir notre objectif de ne plus déplorer aucun mort ni blessé grave sur nos routes d'ici à 2050 ». Selon elle, l'initiative bénéficie d'un fort soutien politique et engage un processus d'échanges d'expériences entre experts qui se poursuivra sur le long terme.

Partager la page