Hausse considérable du nombre de morts de la route aux USA

juin 2017

Accidents

Revenons aux accidents en général. Aux USA se dessine un tout autre tableau que dans l’UE. Le nombre de morts sur les routes a augmenté en 2016, d’après le National Safety Council (NSC), pour franchir la barre des 40 000. Cela représente une augmentation de 15 % par rapport à près des 35 100 victimes de la route en 2015. Cette évolution est d’autant plus dramatique que les États-Unis avaient déjà enregistré une hausse de 7,2 % de 2014 à 2015. Il s’agit en l’espace de deux ans de la plus forte hausse depuis plus de 50 ans. Compte tenu de l’augmentation de la sécurité des véhicules grâce à de nombreux systèmes d’assistance et des centaines de millions de dollars investis ces dix dernières années dans différentes campagnes contre la vitesse excessive, l’alcool ou la distraction au volant, cette évolution rend perplexes de nombreux experts de la sécurité routière.

Outre la conduite en état d’ivresse, la distraction due aux smartphones semble être un problème très répandu aux USA. Pas plus tard que fin mars 2017, 13 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route au Texas, parce que le conducteur de pickup responsable de l’accident envoyait des SMS tout en conduisant. La problématique est étayée par une étude actuelle de Cambridge Mobile Telematics, selon laquelle dans 52 % des trajets qui s’achèvent par un accident, le smartphone est utilisé. D’après l’analyse des données téléphoniques, 20 % des personnes impliquées dans un accident ont utilisé leur smartphone en moyenne pendant plus de deux minutes jusqu’au moment de l’accident. Dans 30 % des cas, l’utilisation du téléphone portable a eu lieu à une vitesse de plus de 90 km/h.

De même, le fait qu’aux États-Unis la ceinture de sécurité, malgré un taux de port de plus de 90 % en moyenne, reste souvent inutilisée, pourrait expliquer le chiffre relativement élevé des morts sur les routes. Ainsi en 2015, d’après les données de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), 22 441 occupants de voitures de tourisme ont perdu la vie dans des accidents de la route. Par rapport à l’année précédente, cela représente une augmentation de 6,6 %. Parmi les occupants de voiture de tourisme tués, pas moins de 48 %, soit environ 10 770 personnes, n’étaient pas attachées. Au cours des deux années précédentes, 49 % des occupants de voitures de tourisme tués ne portaient pas la ceinture, ils étaient même 52 % en 2012. Dans certains États comme le Montana, le Nebraska, le Dakota du Nord ou le Wyoming, les taux d’occupants de voitures de tourisme non attachés s’élèvent même à 70 % et plus.

Pourtant, l’utilité de la ceinture a déjà été clairement prouvée par d’innombrables études internationales. Ainsi Rune Elvik et ses collègues de l’Institute of Transport Economics à Oslo ont démontré que le port de la ceinture de sécurité sur les sièges avant d’une voiture de tourisme réduit de 45 à 50 % le risque de blessures mortelles, de 20 % celui de blessures légères et de 45 % celui de blessures graves. Pour les occupants à l’arrière d’une voiture, le port de la ceinture réduit le risque de blessures mortelles et graves de 25 % et celui de blessures légères de jusqu’à 75 %. Les occupants non attachés à l’arrière d’une voiture ne mettent d’ailleurs pas seulement leur propre vie en danger. Sous l’effet du choc, ils peuvent être projetés à l’avant et entrer en collision avec le conducteur ou le passager avant, ou pousser leurs sièges vers l’avant, pouvant ainsi entraîner sur les occupants avant des blessures supplémentaires surtout au niveau de la cage thoracique et du bassin.

Des contrôles plus stricts assortis d’amendes en conséquence semblent donc nécessaires de toute urgence. À l’heure actuelle, des lois dites primaires permettent à la police de 34 États fédérés aux USA de condamner les automobilistes à une amende du seul fait de ne pas porter la ceinture. Dans les autres États fédérés, seules des lois secondaires s’appliquent à la ceinture de sécurité. Cela signifie que la police ne peut dresser de contravention que si l’usager de la route a commis encore une autre infraction. Ne pas être attaché ne suffit pas à être condamné à une amende. Enfin : jusqu’à aujourd’hui, l’État du New Hampshire est le seul aux USA où la loi n’impose pas le port obligatoire de la ceinture – du moins pour toutes les personnes âgées de plus de 18 ans.

Partager la page