Plus de sécurité pour les enfants sur les routes

mai 2019

Nouvelles & Campagnes

Éditorial rapport sur la sécurité routière 2019

Collégien bicyclette sécurité routière

Les villes de Berkeley, Rouen, Bristol, Trier, Vicenza, et Darwin ont un point commun : toutes comptent environ 110 000 habitants. Mais en quoi ce constat a-t-il sa place dans un rapport sur la sécurité routière ? C’est simple : en admettant qu’elle ne soit habitée que par des enfants âgés de moins de 15 ans, une ville de cette taille verrait l’intégralité de sa population disparaître en l’espace d’un an. En effet, selon une étude de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’Université de Washington (Seattle), près de 112 000 usagers de la route de cette tranche d’âge ont perdu la vie en 2017 à travers le monde. C’est en mettant ce chiffre désolant en parallèle avec la population d’une ville que l’on se rend réellement compte de son ampleur. Cette année, DEKRA a donc sciemment décidé de consacrer son Rapport sur la sécurité routière aux enfants de moins de 15 ans.

Lorsque l’on sait que les accidents de la route ont fait « seulement » 593 victimes de moins de 15 ans en Europe en 2017 et 1 233 aux États-Unis en 2016 (les chiffres de 2017 ne sont pas encore disponibles), il est facile d’imaginer dans quelles régions du monde ce fléau est le plus présent : en Afrique et en Asie. Selon l’IHME, près de 85 % des enfants de moins de 15 ans qui décèdent dans des accidents de la route sont issus de pays à revenu bas ou moyen. Malgré cela, l’évolution de la situation sur le long terme est tout à fait positive. En effet, d’après l’IHME, on comptait environ 223 500 victimes de moins de 15 ans en 1990, soit environ le double du nombre recensé en 2017. Mais il n’y a pas pour autant lieu d’interrompre les efforts entrepris. Car tout enfant mort sur les routes est une victime de trop.

En la matière, les chiffres provisoires de l’Allemagne pour l’année 2018 sont d’ailleurs particulièrement alarmants. D’après les estimations de l’Office fédéral allemand de la statistique, 79 enfants âgés de moins de 15 ans ont perdu la vie l’année dernière lors d’accidents de la route. Cela représente une hausse de 30 % par rapport aux 61 victimes de cette tranche d’âge recensées en 2017. Il va falloir déterminer précisément les causes de cette augmentation dramatique. Bien entendu, associée aux 15- 18 ans, cette tranche d’âge ne représente qu’une petite part des quelques 3 270 personnes qui ont perdu la vie sur les routes allemandes en 2018 selon les estimations. Cependant, aucune autre catégorie n’a connu en Allemagne une hausse proportionnelle si importante en 2018. À titre de comparaison, les prévisions de l’Observatoire national interministériel de sécurité routière français pour l’année 2018 font état d’un recul de près de 7,5 % du nombre d’enfants et d’adolescents de moins de 17 ans ayant perdu la vie sur les routes par rapport à 2017.

Clemens Klinke, ingénieur diplômé, membre du directoire de DEKRA SE
Clemens Klinke, ingénieur diplômé, membre du directoire de DEKRA SE

Chaque jour, plus de 300 enfants de moins de 15 ans périssent dans des accidents de la route. Les causes sont multiples : le manque d’expérience, l’inattention et la mauvaise appréciation des risques de la part des enfants sont tout autant à mettre en cause que l’imprudence, la vitesse excessive et la distraction des conducteurs (pour ne citer que quelques exemples). Ce rapport présente des mesures humaines, technologiques et infrastructurelles permettant de contrer efficacement ces problèmes afin d’améliorer durablement la sécurité des moins de 15 ans sur les routes. Son objectif est comme toujours de fournir des pistes de réflexion et de jouer un rôle de conseiller pour la classe politique, les experts en circulation, les constructeurs, les associations et tous les usagers de la route. Cette édition est accompagnée d’un supplément destiné aux enfants qui souligne l’importance que revêt pour DEKRA la sécurité des plus jeunes usagers de la route.

Partager la page